Classement par CA des agences d’architecture – Magazine D’A

Classement par CA des agences d’architecture – Magazine D’A

A découvrir dans le magazine D’A du mois de décembre, le classement par chiffre d’affaires des agences d’architecture françaises.

Et à la suite, la double page sur notre groupe et nos perspectives !

Lire le publireportage


“Aujourd’hui, le Groupe MAES Architectes Urbanistes se synthétise en quelques chiffres :
• 37 ans d’existence (fondé en 1983 par Hubert Maes)
• 36 ans de moyenne d’âge
• 54 collaborateurs
• 4 implantations territoriales (Lille, Paris, Cannes, Bordeaux)

Un groupe dont la pérennité repose sur un triptyque :
• L’écoute, la proximité, le respect… des élus, des porteurs de projet, du contexte, de l’histoire.
• L’exigence, la rigueur… la technicité, la fonctionnalité, la performance, l’équation économique.
• L’engagement… l’innovation vertueuse et sociétale.

Ces valeurs ont historiquement conduit le Groupe MAES Architectes Urbanistes à développer des domaines de prédilection :
L’urbanisme : l’amont, l’échelle du quartier, du territoire.
L’« hospitality » : l’hospitalier, le médico-social, l’hôtellerie, le thermalisme.
Le patrimoine : la réhabilitation, la reconversion des lieux chargés d’histoire.
L’environnement : le bioclimatisme, la gestion des risques majeurs, le biosourcé, la construction passivhaus.

Ces valeurs ont naturellement incité la jeune génération d’associés à conforter ces domaines d’expertise, en intégrant, d’une part, des compétences complémentaires (juriste, économiste, architecte du patrimoine, expert santé, environnementaliste) et en développant, d’autre part, une démarche partenariale assumée et revendiquée :
• AXO, expertise en urbanisme règlementaire et vertueux
• HURBA, psychologie urbaine
• VASCONI by Thomas Schinko, programmation hospitalière nationale et internationale
• Studio Milou, Luc Maes étant le représentant de Jean-François Milou en France.

Pour la décennie post-crise qui s’ouvre, l’ambition affichée du Groupe MAES Architectes Urbanistes est d’axer sa prospection vers toujours plus d’innovation vertueuse et sociétale, d’exporter son savoir-faire auprès de sites, de populations et de territoires, en quête d’expertise.”